018 nc 

C'est le coeur brisé, que j'écris ces quelques lignes

Partager ma peine avec ceux qui ont également perdu un tel compagnon me soulage un peu

Lorsque l'on est confronté à cette terrible et insurmontable douleur, il n’est pas de mot, de geste ou de compassion qui puisse atténuer l’émotion que l’on ressent

Bailamarine2007 2

Une complicité de tous les jours

Ma vie pendant douze longues et belles années, mes joies comme mes peines sans jamais me juger, sans jamais montrer de lassitude à m'écouter, toujours contente de me retrouver pour une balade en forêt, heureuse de partager des moments de tendresse à mes côtés. Quel bonheur de lire son amour dans ses yeux sans jamais rien attendre en retour

Amie fidèle et loyale toute une vie, tu m'as offert la plus belle preuve d'Amour, ma Douce 

Dogobaila17 2

Grâce à toi, nous avons sauvé des dizaines de dogos maltraités, trop âgés et sourds

Toi, qui m'a convaincu de sauver ses malheureux en détresse, qui a toujours accepté leur présence au quotidien à nos côtés, qui m'a soutenu, épaulé, aidé et qui m'a tant aimé

Tu resteras à jamais dans mon coeur pour ta gentillesse, ta bonté et ta fidélité

Nous étions si fier de nos sauvetages car tu ouvrais ton coeur et ta maison à tes compagnons en détresse, heureux de revivre à nouveau à tes côtes

Salon 151

Baya 152

En juillet 2011, la maladie t'as emporté ma Douce

Je suis restée là, seule, noyée dans mon chagrin et mes larmes, une partie de moi s'est envolée ce jour là. Certes, le temps a joué en notre faveur en nous accordant neuf magnifiques mois de sursis, nous permettant ainsi de vivre intensément notre complicité et notre amour

Saches, que je n'ai jamais ressenti le moindre sentiment de culpabilité pour t'avoir laissé partir sereinement et dignement dans mes bras, sur ton canapé, me chuchotant à l'oreille ton dernier soupir de soulagement. Ce doux chuchotement restera gravé à jamais dans ma mémoire

Ton doux regard s'est éteint le vendredi 15 juillet 2011 à 11h40 et je n'oublierai jamais cette journée ou la mort est venue te prendre sous mes yeux et dans mes bras

Le lundi 18 juillet, ton corps devenait cendres, j'ai alors compris que je mettrais des années à m'en remettre

Je ne pensais plus qu'à toi mon Ange mais dis-moi comment vais- je pouvoir faire mon deuil et atténuer ma souffrance sans toi à mes côtés ?

Salon 085

Salon 123

Après une telle épreuve

Il m'a été conseillé de m'entourer de la famille, des amis, de sortir, de partir en vacances, de ne pas adopter un nouveau compagnon, d'éviter tous les endroits que nous aimions partager ensemble et où il faisait bon vivre ta tête posée sur mes genoux pendant des heures sous les doux rayons du soleil, de ne pas me sentir coupable de t'avoir soulagé, de retrouver le sourire, de ne plus penser à toi, de prendre le temps de t'oublier

Mais bien au contraire, je ne voulais en aucun cas effacer tous nos moments de complicité et ton regard de mes pensées, je ne pensais plus qu'à nous deux

Un état de déprime s'est installé immédiatement

Je n'avais plus goût à la vie, je m'isolais pour pleurer, je retournais aux endroits que nous avions partagés, je t'y voyais encore, je me sentais soulagée de t'avoir offert la plus jolie fin de vie qu'il soit et que tu méritais après toutes ces années de passion partagées au quotidien

Baila2000

Nous sommes le 15 juillet 2012

Voilà une longue année qui vient de s'éccouler et dont les larmes on marqué ton absence

Depuis ton départ, je vis avec mon chagrin. Tu es toujours présente dans mes pensées, pas un jour ne passe sans que je pense à toi, Mon Ange

Nous nous sommes aimées douze longues et belles années sans jamais nous quitter

Tu étais toujours là, à mes côtés, pour m'écouter et me consoler, tu étais la prunelles de mes yeux, ma moitié. Nous nous retrouverons un jour ma Douce

Baila23

Nous sommes le 15 juillet 2013

Voilà deux ans que tu n'es plus là et depuis ton départ, je vis avec mon chagrin. Avec le temps, la douleur est toujours présente mais plus douce. Tu es toujours présente dans mes pensées, pas un jour ne passe sans que je pense à toi, Mon Ange

Je me surprends même à sourire en pensant à toi et à nos moments de complicité. Après une longue année larmoyante de tristesse, mes larmes se sont estompées mais le chagrin pointe sa truffe quand arrive le 15 juillet ou le 28 mars ou tout simplement quand je regarde nos photos

Certes, je ne peux plus te voir, te sentir, te caresser mais tu vivras toujours dans mon coeur, même si ma vie ne sera plus la même sans toi, ma Douce

Je sais que tu n'es plus à mes côtés, le destin m'a arraché ton corps mais personne ne pourra me voler tout l'amour que j'ai pour toi. Pourtant, il me faut accepter ce passé qui ne sera plus et l'avenir qui ne sera pas avec toi

13 6

151 1

C668 1

Nous sommes le 15 juillet 2014

Voilà trois ans que tu n'es plus à mes côtés

Je vis tous les jours avec cette douleur insurmontable, encore présente mais bien plus douce

Tu es toujours là dans mes pensées, à la maison et lors de mes balades, pas un jour ne passe sans que je pense à toi, Mon Ange

Certaines douleurs reste supportables, on les oublie au profit de moments ensoleillés et doux. D'autres, sont épouvantables et reste gravées au fer rouge dans mon coeur, ma mémoire et ma chair

Le 15 juillet 2011, jour ou tu m'as chuchotté à l'oreille ton dernier soupir est l'un des moments le plus difficile à surmonter, cependant je ne veux pas et ne souhaite pas oublier ce dernier souffle de soulagement et d'adieux

Je me surprends aujourd'hui à sourire en pensant à toi et à nos moments de complicité. Ces moments sont aussi partagés au quotidien avec Baïa car nous faisons tout ensemble

Certes, je ne peux plus te voir, te sentir, te caresser mais tu vivras toujours dans mon coeur, même si ma vie ne sera plus la même sans toi, ma Douce ! Baïa me permet de croire que tu es encore à mes côtés, près de moi

Baïa te ressemble tant physiquement et sa  personnalité est à l'identique la tienne, ensemble nous avançons pas à pas sur le chemin de la passion fusionelle, ce qui me permet aussi de penser à toi plus sereinement

Hyeres 184

Tant que je me souviendrai de toi, tu resteras vivante à travers moi, il n'y a pas un jour sans que je pense à toi

Du haut de ton Paradis Blanc, il te faut continuer à veiller sur tes compagnons d'infortune qui n'ont pas eu la chance de vivre ta vie

Ta maîtresse qui t'aime

Date de dernière mise à jour : 06/04/2015