DAAepreuvetravail5.jpg

"Torturer une conscience, c'est infliger des souffrances à un animal pour le plaisir ou l'amusement de l'homme"

Le Dogue Argentin est un chien de prise. Ce type de chasse est interdit en France, ce qu’encouragent pourtant quelques éleveurs suite à leurs séjours en Argentine

Chasser avec un Dogue Argentin comme dans son pays natal est rigoureusement interdit en France car la "perception du travail relève plus du combat que de la chasse", lacher son dogo sur un sanglier n'est pas un mode de chasse reconnu mais un acte de barbarie

Depuis son arrivée en France, le Dogue Argentin reste avant tout pour les propriétaires "un chien de compagnie" et "un gardien dissuasif", il gagne en douceur d’expression depuis qu’il porte les oreilles naturelles, il est capable de se distinguer dans quelques disciplines (canicross, agility, …..) mais elles n’intéressent pas le grand public

DAAinterditdechasse

 

 

 

En 1925, Le Docteur Antonio Nores Martinez installé dans la région de Cordoba, souhaite créer un chien qui soit performant pour la Caza Major "chasse au gros gibier"

Il faut un chien courageux, peu aboyeur pour ne pas faire fuir le gibier, rapide, qui s’adapte facilement aux différents terrains, déterminé et tenace face à ses proies, sans oublier un excellent flair, une base indispensable pour un chasseur digne de ce nom

Sa couleur blanche n’est pas non plus un hasard, elle lui permet d’être facilement repéré et de ne pas être confondu avec le gibier

Si la chasse était l’objectif principal d’Antonio, il n’avait pas exclu pour ce noble et fier Gaucho d’autres tâches et aptitudes telles que la garde et la compagnie car il se devait d’être un bon compagnon pour l’homme avant tout

Chassedogobaila 1DAA01Chassedogobaya

 

 

En Europe et en France, nos contrées n’ont rien des immensités sauvages argentines. Certes, pour le sanglier, bien plus léger dans nos régions que celui peuplant la pampa.

La chasse avec une meute de Dogues Argentins n’est pourtant ni dans le goût ni dans les possibilités de tous ses amateurs du vieux continent, d’ailleurs, le spectacle de ces molosses tuant un sanglier aurait peut-être de quoi choquer bien des personnes. Il faut aussi compter sur les associations de défense animale qui veillent au grain "Pas question de sacrifier un animal pour satisfaire quelques éleveurs". Les choses se font donc discrètement et on ne montre que ce que l’on veut bien montrer

 

Nous sommes résolument contre la chasse aux sangliers, battues organisées par une minorité d'éleveurs dans des enclos ou des parcs privés

La chasse date de la préhistoire et son rôle premier était alors la recherche de nourriture. Des nos jours, en France, la chasse est devenue un loisir. Invoquer aujourd’hui la tradition ou autres prétextes pour maintenir la chasse n’a plus de sens. Un loisir, une passion, consistant à tuer des animaux est choquant et malsain

Or, chacun sait que les animaux pourvus d’un système nerveux sont des êtres sensibles, ils éprouvent des sensations, des émotions, des sentiments (plaisir, peur, souffrance…)

Les chasseurs tentent de justifier leur activité en prétendant gérer la faune alors que régulièrement ils effectuent des lâchers de "gibiers", agrainent la faune et détruisent les prédateurs, etc... Ils sont même allés jusqu’à effectuer des croisements entre porcs et sangliers (les cochongliers qui ont des portées plus nombreuses que les sangliers) pour avoir davantage de cibles

La démarche en utilisant des Dogues Argentins et des chiens de chasse est intentionnellement agressive (morsures, agonie lors du coup d'épieu porté dans le coeur...), la mort est recherchée et provoquée avec beaucoup de violence

On ne peut faire de la souffrance et de la mort un amusement. La faune sauvage et la Nature n’appartiennent à personne (tout comme elles appartiennent à chacun d’entre nous), nul n’a le droit de se l’accaparer

La gestion de la faune et des espaces naturels doit être confiée à un organisme départemental ou régional en charge d’une cohabitation harmonieuse et pacifique entre la faune et les humains

Screenshot 20171114 203302

 

La chasse avec des molosses enfin interdite en France

Arrêté du 21 mai 2015 modifiant l'arrêté du 1er août 1986 relatif à divers procédés de chasse, de destruction des animaux nuisibles et à la reprise du gibier vivant dans un but de repeuplement

Suite à des dénonciations et aux multiples pressions de l’opinion publique qui en ont découlé, l’administration, dos au mur, s’est enfin résolue à interdire officiellement l’emploi des chiens molossoïdes pur sang ou croisés, ainsi que des chiens classés comme dangereux au sens de la réglementation

 

Arrêté du 21 mai 2015 - article 8

Est interdit : L'emploi des chiens lévriers pur sang ou croisés, des chiens molossoïdes pur sang ou croisés, ainsi que des chiens classés comme dangereux au sens de la réglementation

28467929 2502053863353407 8059629375599289191 nhttp://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006074845

 

Articlenardinichasse

 

Le 4 novembre 2014 l'association ASPAS publie un communiqué de Presse sur les méthodes de chasse de l'élevage Di Casa Nardini

"Ils chassent des sangliers en enclos avec des chiens de combat : l’administration n’y trouve rien à redire

Les 1er et 2 novembre derniers, des chasseurs se sont fait plaisir en contemplant la lente agonie des sangliers coincés dans des enclos et jetés en pâture à des dogues argentins. Avertie, l’administration est restée MUETTE ! L’ASPAS porte plainte pour chasse illégale et acte de cruauté

Les faits se sont déroulés dans le Var, à Signes (83), au sein d’un établissement spécialisé dans l’élevage de chiens et dans les chasses commerciales en parc clos. Les responsables organisent depuis plusieurs années des concours où des meutes de dogues argentins sont lâchées à la poursuite de sangliers captifs

28467929 2502053863353407 8059629375599289191 nhttp://www.aspas-nature.org/10579/ils-chassent-des-sangliers-en-enclos-avec-des-chiens-de-combat-ladministration-ny-trouve-rien-a-redire/

 

 

 

L'éleveur engage une procèdure à l'encontre de l'association ASPAS en diffamation

Le Tribunal de Grande Instance de Marseille a, le lundi 24 novembre 2014, jugé que les propos tenus par l’ASPAS, dans son communiqué du 4 novembre 2014 intitulé : "Ils chassent des sangliers en enclos avec des chiens de combat : l’administration n’y trouve rien à redire !" NE SONT PAS DIFFAMATOIRES

 

Date de dernière mise à jour : 11/04/2018