dsc03338.jpg

"Torturer une conscience, c'est infliger des souffrances à un animal pour le plaisir ou l'amusement de l'homme"

Le Dogue Argentin est un chien de prise. Ce type de chasse est interdit en France, ce qu’encouragent pourtant quelques éleveurs suite à leurs séjours en Argentine

Chasser avec un Dogue Argentin comme dans son pays natal est rigoureusement interdit en France car la "perception du travail relève plus du combat que la réelle chasse", lacher son dogo sur un sanglier n'est pas un mode de chasse reconnu mais un acte de barbarie

Depuis son arrivée en France, le Dogue Argentin reste avant tout pour les propriétaires "un chien de compagnie" et "un gardien dissuasif", il gagne en douceur d’expression depuis qu’il porte les oreilles naturelles, il est capable de se distinguer dans quelques disciplines (canicross, agility, …..) mais elles n’intéressent pas le grand public qui compose ses maîtres

antiniomartinez.jpg

En 1925, Le Docteur Antonio Nores Martinez installé dans la région de Cordoba, souhaite créer un chien qui soit performant pour la Caza Major "chasse au gros gibier"

Il faut un chien courageux, peu aboyeur pour ne pas faire fuir le gibier, rapide, qui s’adapte facilement aux différents terrains, déterminé et tenace face à ses proies, sans oublier un excellent flair, une base indispensable pour un chasseur digne de ce nom

Sa couleur blanche n’est pas non plus un hasard, elle lui permet d’être facilement repéré et de ne pas être confondu avec le gibier

Si la chasse était l’objectif principal d’Antonio, il n’avait pas exclu pour ce noble et fier Gaucho d’autres tâches et aptitudes telles que la garde et la compagnie car il se devait d’être un bon compagnon pour l’homme avant tout

Nores dogo

Créée de toute pièce à partir d’une dizaine de races, le Dogo Argentino est destiné à la chasse au puma et au précari sur les terres Argentines, il doit s’adapter à des territoires de chasse différents car le sanglier traqué se réfugie dans la forêt et le puma dans la sierra

Dans son pays d’origine, la chasse traditionnelle se déroule toujours selon cette technique d’avant les armes à feu, avec une meute de trois ou quatre Dogos Argentinos qui doivent posséder les qualités physiques et mentales nécessaires pour rejoindre et saisir leur proie afin que le chasseur l’acheve avec une dague, dans ce contexte, le fusil n’est jamais utilisé

Nr33

En Europe et en France, nos contrées n’ont rien des immensités sauvages argentines. Certes, pour le sanglier, bien plus léger dans nos régions que celui peuplant la pampa, le nombre de Dogos nécessaires pourrait être ramené à deux. Quant à chasser seul, ce n’est pas vraiment l’activité qui convient le mieux à la race

La chasse avec une meute de Dogues Argentins n’est pourtant ni dans le goût ni dans les possibilités de tous ses amateurs du vieux continent, d’ailleurs, le spectacle de ces molosses tuant un sanglier aurait peut-être de quoi choquer bien des personnes. Il faut aussi compter avec les associations de défense animale qui veillent au grain

Nr023

Pas question de sacrifier un animal pour satisfaire quelques éleveurs ! Les choses se font donc discrètement et on ne montre que ce que l’on veut bien montrer.

La chasse au sanglier avec des chiens de prise est un acte de barbarie à nos yeux, entraînant souffrance et mutilation au gibier (mordu sauvagement aux oreilles, au groin et aux pattes)

Il n’est pas rare de voir des films ou le gibier est servi, pendant qu'il se vide de son sang, il agonise encore quelques minutes tout en subissant les attaques répétées des Dogos jusqu’à sa mort

 

Date de dernière mise à jour : 05/08/2015