campeneros1.jpg

"Nés pour souffrir" car il n'y a pas d'autres mots qualifiants la terrible vie que vivent ces chiens au quotidien à seulement une heure d'avion de chez nous !

Il y a quelques semaines, nous avons été bouleversés par les images insoutenables et le sort réservé à des milliers de Dogues Argentins, Podencos Espagnols et Lévriers Galgos,

Chaque année, ces pauvres bêtes subissent la pire maltraitance, aussi bien par le nombre de chiens tués et la nature des sévices infligés. Une maltraitance qui existe envers les animaux domestiques en Europe, en toute impunité et sous l'oeil passif du gouvernement Espagnol et des autres gouvernements Européens !

Nous ne pouvions pas construire cette page sans "féliciter" le courage de tous ces bénévoles espagnols qui se battent sans relâche pour le sauvetage de ces chiens, les mettant ainsi à l'abri dans des refuges d'infortune avec leurs faibles moyens en attente d'une vie meilleure hors de leur frontière. Nous ne pouvions également pas oublier de remercier du fond du coeur toutes ces Associations Françaises sans lesquelles ces pauvres bêtes ne pourraient survivre loin de l'enfer ! Grâce à leur passion, leur dévouement et leur courage, bénévoles et familles d'accueil oeuvre pour sauver au quotidien des âmes perdues dans l'espoir de leur trouver une famille adoptive digne de ce Nom,

dogopodenco.jpg

Les chiens de Réhalas

Ces chiens ne connaissent que la faim, le froid, la chaleur, les coups, la peur et pire que tout, la terreur dans laquelle les plonge leur propriétaire...

Les campaneros (souvent croisé Dogue Argentin et autres molosses) sont utilisés majoritairement dans les réhalas, zone de non droits pour ses chiens  à la vie courte et douloureuse, entassés, maltraités et mutilés, ils sont loués dans tout le pays pour des parties de chasse au sanglier ou au cerf,

Dans les réhalas, on trouve beaucoup de Podencos Portugais mais aussi des chiens de toutes races (boxer, beagle, husky, cockers, berger allemand) lâchement abandonnés et à moindre frais par leur propriétaire, leur espérance de vie ne dépasse alors que très rarement 2 à 5 ans,

Les campaneros passent la plupart de leur vie enchaînés, sans abri, de jour comme de nuit, luttant contre la pluie, le froid et le soleil, ils sont également entassés dans des cages ou dans des hangars attachés à une chaîne, au milieu de leurs excréments, où les luttes à coups de dents sont fréquentes car les femelles en chaleur vivent avec les mâles qui se livrent alors des bagarres jusqu'à la mort et ou sanglantes pour parvenir à leurs fins quand ces derniers vivent lâchés,

Les rares repas se composent de pain dur et d'eau car la maigreur est un signe de performance à la chasse,

Les croisés Dogue Argentin, Pit bull, Mastiff ou Boxer ont les oreilles et la queue coupées au couteau et sans aucune anesthésie,

Ces conditions de vie sont infligées à ces chiens de chasse dont les propriétaires sont éleveurs en grande majorité. Les journées y sont interminables et épouvantables, les femelles sont poussées à la reproduction intensive malgré leur état de maigreur !

Rare sont les rehalas où les chiens sont correctement nourris, nichés et sous surveillance vétérinaires,

campeneros.jpg

Campaneros, podencos, alanos et galgos sont traités de manière abominable durant leur épouvantable et misérable vie. Des actes barbares qui se multiplient alors que la saison de la chasse se termine. Comme le Portugal, l'Espagne n'a pas prohibé cette tradition moyenâgeuse. Inutile de garder ces bouches à nourrir alors que d'ici la prochaine saison de chasse, d'autres chiens auront vu le jour tous, jeunes, sains, nerveux, agiles, vifs et courageux. Tout ce qu'un fidèle chasseur mal nourri, non soigné, battu à mort, ne peut plus être malgré sa très grande résistance et son dévouement envers son bourreau,

La liste des tortures infligées est longue, les galgueros (chasseurs utilisant un lévrier) ne manquant jamais d’imagination pour se débarrasser de leurs chiens. Certains sont abandonnés en forêt après avoir eu les 2 pattes avant brisées. D’autres sont oubliés dans une cave, attachés sans eau ni nourriture. Beaucoup sont pendus. Certains sont brûlés vifs. D’autres sont mutilés, on va jusqu’à leur arracher les yeux. On les jette vivants dans des puits de 15 mètres de profondeur. Certains finissent leur vie attachés derrière un véhicule et trainés sur la route,

galgo1.jpg

Lorsqu'ils ont été de bons chasseurs, leurs souffrances infligées seront moins cruelles mais plus longues, ils seront condamnés à survivre  dans un trou creusé à même le sol ou  jetés au fond d’une cave sans lumière, sans aération et vivant sur leurs excréments, enfermés pendant des mois, sans espoir de sortie, attachés court à un mur, pouvant à peine se coucher, des milliers d'entre eux vivent une existence de parias, abandonnés aux abords des villes, succombant aux maladies infectieuses ou à la faim,

guetipodencoderehala.jpg

Certains sont alors récupérés par la police et sont transportés dans une perrera "fourrière", lieu surpeuplé et insalubre. La perrera est l’antichambre de la mort, ils y seront gazés au bout de 14 jours, délai légal, sans aucun soin, à peine nourris, et dans des conditions de vie horribles,

gueti.jpgCe n’est qu’une infime partie de la barbarie humaine envers les campaneros, alanos, galgos et podencos en Espagne. Ces chiens ne sont pas considérés comme des êtres vivants, mais comme un outil de chasse. Ils ont peu de chance de trouver des adoptants en Espagne où ils ne sont pas considérés comme des chiens de compagnie. Seul 10% d’entre eux auront la chance de trouver un adoptant via les associations de sauvetages à l'étranger,

Les bénévoles espagnols se battent au quotidien et sans relâche pour sauver un maximum de ces chiens, les mettant à l'abri dans des refuges d'infortune avec leurs faibles moyens en attente d'une vie meilleure hors de leur frontière,
 

 

Qu'est ce qu'une rehalas ? Cette forme de chasse au sanglier ou au cerf est restée inaltérée depuis le 15ème siècle,

rehala14.jpg

Une Rehala est une meute habituellement composée d’environ une vingtaine de chiens. La majorité d’entre eux sont des chiens courants, souvent des podencos ou des sabuesos du pays et un nombre réduit d’entre eux sont des chiens de prise qui sont souvent des Alanos (molosses),

rehala3.jpg

rehela11.jpg

Les Alanos ont pour unique mission d’entrer en action lorsque le sanglier choisit de faire face aux autres chiens plutôt que de les fuir. C’est donc dans ces circonstances que l’Alano est indispensable si les Rehaleros veulent garder en vie leurs chiens courants,

img-1929.jpg

perros02.jpgLe gibier le plus chassé est le sanglier. En Espagne, un sanglier pèse entre 100 et 120 kilos et mesure de 80 à 100 cm au garrot,

Lors du déroulement de cette Monteria, les Alanos restent à une faible distance des chasseurs (Rehaleros), c’est seulement lorsqu’ils entendent l’aboiement caractéristique des Podencos et des Sabuesos que l’Alano se lance à toute vitesse jusqu’au lieu des aboiements dans le but de saisir le gibier, soit parce qu’il fuit, soit parce qu’il est agressif avec les chiens,

rehela13.jpg

A ce moment-là, les Alanos font prise sur le sanglier, l’immobilisent et ne lâchent plus jusqu’à ce que le Rehalero arrive et lui donne le coup de grâce avec une dague .De même que lorsque la prise a lieu dans des cours d’eau, certains chiens qui, même s’ils coulent, ne lâchent jamais leur proie,

dscn0649.jpg

 Traditionnellement, 3 types de Rehalas sont présents sur la péninsule

- Les Rehalas du Nord : très spécialisées dans le chevreuil et le sanglier, dans les zones de haute montagne. Elles sont majoritairement composées de sabuesos españoles ou français (bassets bleus de Gascogne notamment) et d’Alanos,

dogorehalas-1.jpg

- Les Rehalas du Centre : plus spécialisées dans le sanglier, composées de podencos, sabuesos et d’Alanos,

rehaladogo.jpg

- Les Rehalas du sud : spécialisées dans le cerf et le sanglier (de taille moyenne), les Rehaleros utilisent moins de chiens de force et de prise mais plus de podencos.

rehala1.jpg

releha-e.jpg

Cette situation ne peut plus durer. Il faut mettre un terme immédiatement à cette coutume barbare. Le lévrier doit être reconnu, en Espagne, comme un être vivant, avec toute la considération que cela implique. Dans ce but, nous avons décidé d’essayer de faire bouger les choses. De 2 manières, d’abord en diffusant cette information à un maximum de personnes dans le monde. Merci à vous tous d’informer tous vos contacts, tous vos amis.

 

 

 

 

Ensuite, en interpelant le gouvernement Espagnol, pour qu’il interdise ces pratiques et les punisse sévèrement. Dans ce but, nous allons mettre en place une journée internationale de défense des Galgos et des Podencos, courant 2013. Initialement prévue en octobre 2012, nous préférons attendre quelques mois de plus pour que l’impact soit encore plus fort. Pour que tous les Européens pointent en même temps le doigt de la honte vers les dirigeants Espagnols. Un jour d’union dans les rues, où toutes les associations qui se battent pour sortir ces animaux de l’enfer, pourront manifester sous leur propre banderole.

11-1.jpg 

Vous désirez sauver un podenco ou un galgo parce que vous avez été sensibilisés à leur sort ? Vous avez envie d'offrir à un de ces chiens une vie qu'il n'a jamais connue, faite de sécurité, d'amour, d'attention, de responsabilité et de bons soins ?

adoption.jpg 

Soyez bien conscients que tous ces chiens ont un passé très lourd. Certains reviennent même de l'enfer. Ils ont des blessures physiques ou émotionnelles, parfois même les deux. Avec patience, volonté, générosité et savoir-faire, ces chiens martyrs deviennent souvent des compagnons incomparables. Car s'il y a bien une chose que podenco et galgo ont en commun, sinon leur triste passé, c'est leur affection pour leur foyer, “ leurs ” humains.

 

Date de dernière mise à jour : 06/04/2015